PROGRAMMATION 2019-2020 DE L’OPÉRA DE PARIS

La Commission Culture et Loisirs a le plaisir de vous proposer la programmation de l’Opéra de Paris : Opéras et Ballets.

VENTE À PARTIR DU VENDREDI 17 MAI 2019 AU CIE BOURSE
dès 9h du matin et j
usqu’à épuisement du stock

  • Paiement par CB ou chèque au nom de l’adhérent.
  • Vous devez vous munir de votre numéro d’adhérent au CIE.
  • Attention, un adhérent ne peut être porteur que de 2 demandes en totalité.
  • Pour les sociétés éloignées du CIE : vous avez la possibilité d’envoyer un coursier au plus tard jeudi 16 mai 2019 avant 12 heures.
  • Un chèque et un bulletin d’inscription par prestation.
  • Les informations et les photos dans ce livret sont données à titre indicatif et ne sont pas contractuelles.
  • Les prestations sont réservées aux adhérents et conjoints, sauf s’il est spécifié : « Famille » : 1 billet par membre de la famille
  • 2 spectacles (opéra et ballet confondus) par adhérent – 2 billets par adhérent et par spectacle.
  • Les spectacles accessibles aux enfants (à partir de 10 ans) sont les spectacles « Famille ».
  • Les dates et horaires des représentations sont à vérifier sur les billets.
  • Les billets seront disponibles au CIE à la MI-JUIN 2019, nous vous informerons par e-mail de la disponibilité des billets.
  • Attention : vous devez impérativement garder votre facture et la présenter au moment du retrait des billets au CIE.
  • Attention : nous vous conseillons vivement de vous renseigner au préalable sur les spectacles proposés. Pour en savoir plus : www.operadeparis.fr

 

La Commission Culture et Loisirs vous souhaite un agréable moment !


LES OPÉRAS


LA TRAVIATA
Palais Garnier – Opéra
DIMANCHE 15 SEPTEMBRE 2019 À 14H30 – Catégorie 2
TARIF CIE : 83 €

Nouveau spectacle. Opéra en trois actes (1853) de Giuseppe Verdi, d’après Alexandre Dumas fils

En ouvrant son opéra par un prélude pour cordes d’une économie de moyens inédite, Verdi affirmait en 1853 sa volonté de bousculer les conventions et les normes. Là n’est pas la moindre des radicalités de son œuvre : sa « Traviata » met implacablement à nu la violence d’une société qui prône la jouissance matérielle et finit par sacrifier une innocente victime sur l’autel de la morale bourgeoise. Simon Stone aime travailler au corps à corps les pièces du répertoire pour les entraîner vers des territoires plus intimes. Ce metteur en scène, qui compte parmi les plus remarqués au théâtre aujourd’hui, fait ses débuts très attendus à l’Opéra national de Paris.

3h05 avec deux entractes. Langue : italien. Surtitrage : français et anglais.

Musique : Giuseppe Verdi.
Livret : Francesco Maria Piave.
Direction musicale : Michele Mariotti.
Mise en scène : Simon Stone.
Décors : Bob Cousins.
Costumes : Alice Babidge.
Lumières : James Farncombe.
Chef des chœurs : José Luis Basso.
Orchestre et chœurs de l’Opéra national de Paris.

Distribution : Violetta Valéry : Pretty Yende / Flora Bervoix : Catherine Trottmann / Annina : Marion Lebègue / Alfredo Germont : Benjamin Bernheim / Giorgio Germont : Ludovic Tézier / Gastone : Julien Dran / Il Barone Douphol : Christian Helmer / Il Marchese d’Obigny : Marc Labonnette / Dottor Grenvil : Thomas Dear / Giuseppe : Luca Sannai / Domestico : Enzo Coro / Commissionario : Olivier Ayault.

LES INDES GALANTES
Opéra Bastille – Opéra-ballet
SAMEDI 28 SEPTEMBRE 2019 À 19H30 – Catégorie 3
TARIF CIE : 100 €

Nouveau spectacle. Opéra de Jean-Philippe Rameau.
Opéra-ballet en quatre entrées et un prologue (1735)

Œuvre phare du siècle des Lumières, Les Indes galantes s’apparente à un éblouissant divertissement. Mais le premier opéra-ballet de Rameau témoigne également du regard ambigu que l’Européen pose sur l’Autre – Turc, Inca, Persan, Sauvage… En 2017, le réalisateur Clément Cogitore signe un film explosif et très remarqué, adaptant un extrait des Indes galantes avec le concours de danseurs de krump. Avec la chorégraphe Bintou Dembélé, il s’empare cette fois de cette machine à enchanter dans son intégralité pour le réinscrire dans un espace urbain et politique dont il interroge les frontières.

3h40 avec un entracte.
Langue : français. Surtitrage : français/anglais.

Musique : Jean-Philippe Rameau.
Livret : Louis Fuzelier.
Direction musicale : Leonardo García Alarcón.
Mise en scène : Clément Cogitore.
Chorégraphie : Bintou Dembélé. Décors : Alban Ho Van.
Costumes : Wojciech Dziedzic. Concept initial costumes : Tim Van Steenbergen.
Lumières : Sylvain Verdet. Dramaturgie musicale : Katherina Lindekens.
Dramaturgie : Simon Hatab. Chef des chœurs : Thibault Lenaerts.
Orchestre Cappella Mediterranea. Chœur de chambre de Namur.
Maîtrise des Hauts-de-Seine et Chœur d’enfants de l’Opéra national de Paris.

Distribution : Hébé : Sabine Devieilhe / Bellone : Florian Sempey / L’amour : Jodie Devos / Osman : Edwin Crossley-Mercer / Émilie : Julie Fuchs / Valère : Mathias Vidal / Huascar : Alexandre Duhamel / Phani : Sabine Devieilhe / Don Carlos : Stanislas de Barbeyrac / Tacmas : Mathias Vidal / Ali : Edwin Crossley-Mercer / Zaïre : Jodie Devos / Fatime : Julie Fuchs / Adario : Florian Sempey / Damon : Stanislas de Barbeyrac / Don Alvar : Alexandre Duhamel / Zima : Sabien Devieilhe.

MADAME BUTTERFLY
Opéra Bastille – Opéra
SAMEDI 12 OCTOBRE 2019 À 19H30 – Catégorie 3
TARIF CIE : 40 €

Opéra de Giacomo Puccini
Tragédie Japonaise en trois actes (1904)
D’après la pièce de David Belasco. Adaptée d’une nouvelle de John Luther Long.

Pour écrire Madame Chrysanthème, Pierre Loti a puisé dans les souvenirs de son propre voyage au Japon entrepris en 1885. Pour composer Madama Butterfly, Giacomo Puccini s’est inspiré, quant à lui, des mélodies populaires et des sonorités des voix nippones. Mais dans la littérature comme dans la musique, l’héroïne reste la même : Kiku‑san ou Cio-Cio‑san, une jeune geisha trahie par son mari occidental, symbole de la rencontre entre deux mondes étrangers. La mise en scène épurée de Robert Wilson épouse à merveille l’intensité dramatique et la violence sous-jacente de cette tragédie imprégnée de japonisme.

En langue italienne. Surtitrage : français et anglais. 2h45 avec un entracte.

Musique : Giacomo Puccini.
Livret : Luigi Illica. Giuseppe Giacosa.
Direction musicale : Giacomo Sagripanti.
Mise en scène : Robert Wilson.
Décors : Robert Wilson.
Lumières : Heinrich Brunke et Robert Wilson.
Costumes : Frida Parmeggiani.
Chorégraphie : Suzushi Hanayagi. Dramaturgie : Holm Keller.
Chef des chœurs : José Luis Basso.
Orchestre et chœurs de l’Opéra national de Paris.

Distribution :  Cio-Cio-San (Madama Butterfly) : Dinara Alieva / Suzuki : Eve-Maud Hubeaux. B.F. Pinkerton : Dmytro Popov / Sharpless : Laurent Naouri. Goro : Rodolphe Briand / Il Principe Yamadori (Le Prince Yamadori) : Tomasz Kumiega / Kate Pinkerton : Jeanne Ireland. Lo Zio bonzo (Le Bonze) : Robert Pomakov / Yakuside : Jian-Hong Zhao. Il Commissario Imperiale : Chae Wook Lim / L’Ufficiale del registro : Hyoung-Min Oh. La madre di Cio-Cio San : Laura Agnoloni / La Zia : Carole Colineau. La Cugina : Sylvie Delaunay.

LES CONTES D’HOFFMANN
Opéra Bastille – Opéra
MARDI 11 FÉVRIER 2020 à 19H30 – Catégorie 3
TARIF CIE : 33 €

Opéra de Jacques Offenbach
Opéra fantastique en un prologue, trois actes et un épilogue (1881) d’après Jules Barbier et Michel Carré.

Existe-t-il plus bel hommage à celui qui inventa le réalisme fantastique en littérature que d’en faire le personnage principal d’un opéra où toute vraisemblance est abolie et où l’imaginaire impose ses propres règles ? Dans l’œuvre d’Offenbach, Hoffmann, présenté comme un poète et compositeur maudit, évoque ses souvenirs amoureux et nous conduit dans un univers où les frontières entre rêve et réalité sont poreuses. Le metteur en scène Robert Carsen se joue magistralement du théâtre dans le théâtre et, à travers un spectaculaire procédé de mise en abyme, nous dévoile les coulisses de l’opéra.

3h20 avec deux entractes. Langue : français. Surtitrage : français et anglais.

Musique : Jacques Offenbach.
Livret : Jules Barbier.
Direction musicale : Mark Elder.
Mise en scène : Robert Carsen.
Décors : Michael Levine.
Lumières : Jean Kalman.
Chorégraphie : Philippe Giraudeau.
Dramaturgie : Ian Burton.
Chef des chœurs : José Luis Basso.
Orchestre et chœurs de l’Opéra national de Paris.

Distribution :  Olympia : Jodie Devos / Giulietta : Véronique Gens / Antonia : Ailyn Pérez / La muse, Nicklausse : Gaëlle Arquez / Une voix : Sylvie Brunet-Grupposo / Hoffmann : Michael Fabiano / Spalanzani : Rodolphe Briand / Nathanaël : Hyun-Jong Roh / Luther, Crespel : Jean Teitgen / Andrès, Cochenille, Pitichinaccio, Frantz : Philippe Talbot / Lindorf, Coppélius, Dapertutto, Miracle : Laurent Naouri / Hermann : Olivier Ayault / Schlemil : Jean-Luc Ballestra.

MANON
Opéra Bastille – Opéra
MARDI 7 AVRIL 2020 À 19H30 – Catégorie 3
TARIF CIE : 70 €

Nouveau spectacle
Opéra de Jules Massenet.
Opéra-comique en cinq actes et six tableaux d’après le roman de l’abbé Prévost (1884).

Lorsque l’abbé Prévost signe en 1731 L’Histoire du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut – qui inspirera à Massenet sa Manon –, c’est le tableau d’une époque qu’il nous livre : celle de la Régence, qui voit la vieille société s’éteindre tandis qu’une nouvelle semble naître, pleine de la promesse d’une liberté nouvelle. C’est entre ces mondes qu’évolue Manon, fuyant le couvent pour embrasser les chemins du désir et de la transgression, et se jeter à corps perdu dans une passion brûlante et autodestructrice avec des Grieux. Une parenthèse s’ouvre, qui se refermera dans la douleur et dans la nuit. Le metteur en scène Vincent Huguet s’affranchit du taffetas historique de l’œuvre pour en faire ressurgir toute la violence.

3h20 avec deux entractes. Langue : français. Surtitrage : français et anglais.

Musique : Jules Massenet.
Livret : Henri Meilhac, Philippe Gille.
Direction musicale : Dan Ettinger.
Mise en scène : Vincent Huguet.
Décors : Aurélie Maestre.
Costumes : Clémence Pernoud.
Lumières : Bertrand Couderc.
Chorégraphie : Jean-François Kessler. Dramaturgie : Louis Geisler.
Chef des chœurs : José Luis Basso.
Orchestre et chœurs de l’Opéra national de Paris.

Distribution : Manon : Pretty Yende / Le chevalier des Grieux : Benjamin Bernheim / Lescaut : Ludovic Tézier / Le comte des Grieux : Roberto Tagliavini / Guillot de Morfontaine : Rodolphe Briand / M. de Brétigny : Pierre Doyen / Poussette : Cassandre Berthon / Javotte : Alix Le Saux / Rosette : Jeanne Ireland / L’hôtelier : Philippe Rouillon / Deux gardes : Julien Joguet et Laurent Laberdesque.


LES BALLETS


CRYSTAL PITE
Palais Garnier – Ballet
SAMEDI 16 NOVEMBRE 2019 À 20H00 – Catégorie 2
TARIF CIE : 44 €

Musique : Owen Benton (enregistrée)

Chorégraphie : Crystal Pite.
Décors : Jay Gower Taylor.
Costumes : Nancy Bryant.
Lumières : Tom Visser.
Les étoiles, les premiers danseurs et le corps de ballet de l’Opéra.

Après la création unanimement saluée de The Seasons’ Canon en 2016, Crystal Pite retrouve les danseurs du Ballet de l’Opéra le temps d’un spectacle. Soixante minutes découpées en autant de séquences dansées. Née au Canada, formée au Ballet de Francfort, la chorégraphe s’est nourrie des langages de Forsythe, Kylián, ou encore Mats Ek. Elle insuffle à chacune de ses chorégraphies une charge émotionnelle débordante et communicative, et invite les danseurs à dépasser leurs limites. Sa danse, viscérale et soucieuse des détails, propulse les interprètes dans la cadence effrénée d’un spectacle total.

1h20 avec un entracte.

RAYMONDA
Opéra Bastille – Ballet
DIMANCHE 15 DÉCEMBRE 2019 À 14H30 – Catégorie 3
TARIF CIE : 50 €

Ballet en trois actes de Rudolf Noureev
Sujet de Lydie Pachkoff et Marius Petipa. D’après Marius Petipa.

Raymonda, créé en 1898 au théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg sur la partition chatoyante d’Alexandre Glazounov, fut l’ultime ballet narratif d’envergure de Marius Petipa. Véritable fantaisie médiévale, considérée comme une encyclopédie des formes de la danse classique, cette œuvre met en scène l’histoire d’amour de la jeune Raymonda et du chevalier Jean de Brienne face aux convoitises du chef des Sarrasins, Abderam. Longtemps inconnu hors de Russie, le ballet est remonté plusieurs fois par Rudolf Noureev après son passage à l’Ouest. Le chorégraphe lui donne sa touche finale en 1983 pour sa prise de fonction de directeur de la danse de l’Opéra. En l’associant aux fastueux décors et costumes de Nicholas Georgiadis, il lui restitue toute la séduction orientale d’une fresque romanesque où résonnent les échos mythifiés des croisades.

3h15 avec deux entractes.

Musique : Alexandre Glazounov.
Mise en scène : Rudolf Noureev.
Décors : Nicholas Georgiadis.
Costumes : Nicholas Georgiadis.
Lumières : Serge Peyrat.
Direction musicale : Vello Pähn.
Orchestre de l’Opéra national de Paris.
Les étoiles, les premiers danseurs et le corps de ballet de l’Opéra.

DÉMONSTRATION DE L’ÉCOLE DE DANSE DE L’OPÉRA
Palais Garnier
DIMANCHE 15 DÉCEMBRE 2020 à 10H30
Catégorie Optim – Tarif CIE : 18 €
Présentation des cours donnés à l’Opéra : danse classique et contemporaine, danse de caractère, folklore

 SPECTACLE FAMILLE 

Rendez-vous habituel des Petits rats, les Démonstrations permettent à chaque fin d’année à tous les élèves de monter sur scène, pour présenter un aperçu de leur cours au quotidien. Des petits de sixième division aux presque professsionnel.le.s de première division, ces journées toujours riches permettent de voir l’évolution sur toute une scolarité et quelques exercices spécifiques de l’école française. Aux cours de danse classique s’ajoutent quelques cours complémentaires, comme la danse contemporaine ou l’expression musicale. Les Démonstrations sont séparées à chaque fois en deux séquences : le matin est réservé aux petites classes, l’après-midi aux grandes. Le billet n’est valable que pour la séquence du matin.

Interprète : École de danse de l’Opéra national de Paris

L’APRÈS-MIDI D’UN FAUNE / L’ENFANT ET LES SORTILÈGES
Palais Garnier – Opéra-ballet
MERCREDI 29 JANVIER 2020 À 20H00 – Catégorie 1
TARIF CIE : 40 €

 SPECTACLE FAMILLE 

Deux des plus illustres compositeurs français, Debussy et Ravel, sont réunis le temps d’un spectacle. Guidée par une perpétuelle fascination des rapports entre le mouvement pur et la musique, Anne Teresa De Keersmaeker s’empare du Prélude à l’après‑midi d’un faune avec les danseurs de la Compagnie Rosas. Le spectacle se poursuit avec L’Enfant et les Sortilèges, conte écrit par Colette et finement orchestré par Ravel. Dans la mise en scène de Richard Jones et Antony McDonald, les chanteurs de l’Académie font souffler sur cette œuvre un vent de jeunesse.

1h05 sans entracte. Langue : français. Surtitrage : français / anglais.

L’APRÈS-MIDI D’UN FAUNE
Musique de Claude Debussy.
Chorégraphie : Anne Teresa De Keersmaeker.
Direction musicale : Vello Pähn.
Décors : Jan Joris Lamers.
Costumes : Tim Van Steenbergen.

L’ENFANT ET LES SORTILÈGES
Fantaisie lyrique en deux parties (1925).
Musique : Maurice Ravel.
Livret : Colette.
Direction musicale : Vello Pähn.
Mise en scène : Richard Jones. Antony McDonald. Décors : Richard Jones et Antony McDonald.
Costumes : Richard Jones et Antony McDonald. Lumières : Matthew Richardson.
Chorégraphie : Amir Hosseinpour. Chef des chœurs : José Luis Basso.
Artistes de l’Académie de l’Opéra national de Paris.
Danseurs de la Compagnie Rosas.
Orchestre et chœurs de l’Opéra national de Paris.
Maîtrise des Hauts‑de‑Seine / Chœur d’enfants de l’Opéra national de Paris.

GISELLE
Palais Garnier – Ballet
SAMEDI 8 FÉVRIER 2020 À 20H00 – Catégorie 2
TARIF CIE : 53 €

 SPECTACLE FAMILLE 

Ballet en deux actes de Jean Coralli et Jules Perrot.
Livret : Théophile Gautier et Jules-Henri Vernoy de Saint-Georges.
Musique d’Adolphe Adam.

Ballet romantique par excellence, Giselle marque l’apogée d’une nouvelle esthétique. Tutus vaporeux, gaze blanche, tulle et tarlatane envahissent la scène. Dans la transfiguration fantastique d’une tragédie, les Wilis participent à l’illusion de l’immatérialité. Créé à l’Académie royale de musique le 28 juin 1841, le ballet voyage en Russie et disparaît du répertoire avant son retour en France en 1910. C’est aujourd’hui dans la version de Patrice Bart et d’Eugène Polyakov, fidèle à la chorégraphie originelle de Jean Coralli et Jules Perrot, que le ballet continue de confirmer ses premiers succès. Scènes lumineuses et terrestres, visions nocturnes et spectrales : la danse devient langage de l’âme et la ballerine par sa présence aérienne semble triompher de la pesanteur.

Direction musicale : Koen Kessels.
Chorégraphie : Jean Coralli et Jules Perrot.
Adaptation : Patrice Bart et Eugène Polyakov.
Décors : Alexandre Benois.
Réalisation des décors : Silvano Mattei.
Costumes : Alexandre Benois.
Réalisation des costumes : Claudie Gastine.
Les étoiles, les premiers danseurs et le corps de ballet.
Orchestre Pasdeloup.

MAYERLING
Palais Garnier – Ballet
MARDI 19 MAI 2020 à 19H30 – Catégorie 2
TARIF CIE : 48 €

 SPECTACLE FAMILLE 

Créé en 1978 pour le Royal Ballet de Londres, Mayerling représente, avec L’Histoire de Manon, le ballet le plus populaire du chorégraphe britannique Kenneth MacMillan. Habité par l’idée de « faire des ballets où le public serait saisi par le destin des personnages », le chorégraphe donne au langage classique un souffle puissant fait de gravité et d’authenticité. Mayerling, œuvre en trois actes, plonge dans les secrets de famille et les intrigues politiques de la monarchie des Habsbourg au temps de Sissi. Dans une mise en scène éminemment théâtrale, MacMillan se penche sur le drame du prince héritier Rodolphe qui se suicida avec sa maîtresse Marie Vetsera dans le pavillon de chasse de Mayerling. La chorégraphie, soutenue par la musique de Franz Liszt, traduit magistralement les émotions de ces personnages malmenés par l’Histoire.

2h45 avec deux entractes.

Chorégraphie : Kenneth MacMillan.
Musique : Franz Liszt.
Livret : Gillian Freeman.
Direction musicale : Martin Yates.
Arrangements : John Lanchbery.
Décors : Nicholas Georgiadis.
Costumes : Nicholas Georgiadis.
Les étoiles, les premiers danseurs et le corps de ballet de l’Opéra.
Orchestre de l’Opéra national de Paris.