DÉCOUVREZ L’INFO SPECTACLES JUILLET-AOÛT 2019

VENTE À PARTIR DE MARDI 2 JUILLET 2019 AU CIE BOURSE

Vous devez impérativement vérifier les dates, horaires et lieux sur vos billets ou contremarques. Vous serez informé par e-mail  du lieu de retrait de vos billets.
Pour la billetterie, la rupture de stock n’est pas opposable au CIE Bourse
Accès : 12 spectacles par an par ouvrant-droit dans la limite de 2 billets par spectacle,
+ 3 spectacles « Famille » par an selon la composition familiale – RFB/Info spectacles confondus


NOTRE SÉLECTION AU THÉÂTRE DES CHAMPS-ÉLYSÉES


BALLET PRELJOCAJ – TranscenDanses
Théâtre des Champs-Élysées
Samedi 5 octobre 2019 à 20h
Catégorie 2 – 46 €

Angelin Preljocaj.

Tout au long de son parcours de créateur, Angelin Prejlocaj a aimé diversifier ses sources d’inspiration : picturales, littéraires, musicales, politiques, religieuses… questionnant ainsi en permanence le corps et le mouvement au travers des fracas et espoirs de la société moderne. Le chorégraphe place régulièrement la musique au centre de ses ballets, mais c’est la première fois qu’il crée, à l’invitation du Ballet de la Scala de Milan, sur une pièce de Schubert. « Les ballets sur la musique de chambre créent, de par leur structure, une complicité entre les musiciens, les danseurs et le public ; comme un triangle magique et bien au-delà qu’avec un grand orchestre… Les 24 lieder du Winterreise de Schubert composent une atmosphère intime que je voudrais partager au cours de ce Voyage d’hiver, qui en fait est celui de la vie. Je l’imagine comme un jardin d’hiver, mais où les prémices des saisons à venir sont aussi présentes. Une sorte de laboratoire expérimental de la vie. » Un cycle musical majeur où l’émotion ne peut qu’être en résonance avec l’élégance du vocabulaire du chorégraphe.

Winterreise
Le Voyage d’hiver
Angelin Preljocaj chorégraphie
Franz Schubert Die Winterreise musique
Constance Guisset scénographie
Eric Soyer lumières
Thomas Tatzl baryton-basse
James Vaughan piano-forte
Avec les danseurs du Ballet Preljocaj

LOS ANGELES DANSE PROJECT – Benjamin Millepied
TranscenDanses
Théâtre des Champs-Élysées
Samedi 2 novembre 2019 à 20h
Catégorie 2 – 48 €

Benjamin Millepied revient à Paris avec sa troupe du L. A. Dance Project et une soirée justement Made in L. A. En 2011, Benjamin Millepied fait ses adieux au New York City Ballet, compagnie au sein de laquelle il a dansé tous les grands rôles du répertoire. L’année suivante, il fonde le L. A. Dance Project à Los Angeles, qui se veut tout autant compagnie de danse que foyer de création regroupant un collectif de créateurs de différents domaines (musique, arts plastiques, vidéo…). Fort de ses solistes d’exception et de ses programmes ouverts à d’autres horizons, le L. A. Dance Project conjugue la Modern Dance américaine et une urgence de création profondément engagée dans notre époque. Pour cette quatrième visite avenue Montaigne, Benjamin Millepied nous promet un programme entièrement Made in L. A.

Made in L. A.
Kinaesonata
Bella Lewitzky chorégraphie
Alberto Ginastera musique
Mad Patient
Jacob Jonas chorégraphie
François-Pierre Couture musique
Première le 19 septembre 2019, Los Angeles
Première
Madeline Hollander chorégraphie
Hearts & Arrows
Benjamin Millepied chorégraphie
Philip Glass musique
Quatuor pour cordes n° 3 (Mishima) interprété par Kronos Quartet
Liam Gillick concept visuel
Roderick Murray lumières
Janie Taylor costumes

BJM DANSE MONTRÉAL – Louis Robitaille
TranscenDanses

Théâtre des Champs-Élysées
Mardi 17 décembre 2019 à 20h
Catégorie 2 – 28 €

Dance Me est un puissant et émouvant hommage de la compagnie BJM Dance Montréal à son compatriote Leonard Cohen. Spectacle inspiré de l’œuvre musicale de l’auteur-compositeur Leonard Cohen, originaire de Montréal, et se déploie comme un portrait multi-facettes du poète. Ce dernier avait d’ailleurs approuvé ce projet avant sa mort en 2016. Imaginé par Louis Robitaille, directeur artistique des Ballets Jazz de Montréal, avec une dramaturgie scénique d’Eric Jean et la complicité de trois chorégraphes internationaux, le grec Andonis Foniadakis, la belge Annabelle López Ochoa et le britannique Ihsan Rustem, ce ballet permet de rendre un hommage émouvant à Leonard Cohen et de mettre en lumière la grande technicité et l’incroyable énergie de la compagnie montréalaise. Découpé en cinq « saisons », comme autant de cycles de l’existence, le spectacle illustre quelques-uns des thèmes chers au musicien pour créer un univers puissant et profond à l’image de son œuvre.

Dance Me – Leonard Cohen
Louis Robitaille idée originale
Eric Jean dramaturgie et mise en scène
Andonis Foniadakis, Annabelle López Ochoa, Ihsan Rustem chorégraphies
Martin Léon direction musicale
Pierre-Etienne Locas scénographie
Cédric Delorme-Bouchard, Simon Beetschen lumières
Philippe Dubuc costumes
Gonzalo Soldi, Thomas Payette, Jeremy Fassio Vidéo HUB Studio
Musique enregistrée et musique live

LE LAC DES CYGNES
Théâtre des Champs-Élysées

Dimanche 29 décembre 2019 à 15h
Catégorie 2 – 48 € 

Ballet de l’Opéra National de Kiev
Aniko Rekhviashvili

La troupe du ballet de l’Opéra National de Kiev a conquis Paris l’hiver dernier avec Casse-Noisette. Les voici de retour avec un autre grand classique, Le Lac des cygnes. Le Lac des cygnes est LE ballet classique par excellence, celui qui depuis sa création en 1877 a sans doute connu le plus de représentations et d’entrées au répertoire des plus grandes compagnies à travers le monde. La version dite « classique » de ce ballet, créée en 1894-1895 par Marius Petipa et Lev Ivanov, est le socle de toutes les versions qui suivront, dont parmi les plus connues, celle de Rudolf Noureev. La version de Valery Kovtun présentée par le Ballet de l’Opéra National de Kiev ne déroge pas à la règle en restant fidèle à l’esprit d’origine. C’est déjà à lui que nous devions la version de Casse-Noisette présentée l’hiver dernier et qui avait permis de découvrir la grande technicité de cette compagnie. L’émotion et l’enchantement, portés par l’une des plus étincelantes musiques de ballet de Tchaïkovski, devraient une nouvelle fois être au rendez-vous.

Ballet en quatre actes
Valery Kovtun chorégraphie
Piotr Ilitch Tchaïkovski musique

 SPECTACLE FAMILLE 

PICCOLO, SAXO ET COMPAGNIE
Théâtre des Champs-Élysées

Dimanche 12 janvier 2020 à 11h
Placement libre – 15 €

Placement libre – 11 € enfants -18 ans

André Popp. Juliette narratrice.
Orchestre de la Garde républicaine
François Boulanger direction.

Le conte musical imaginé par Jean Broussolle sur une musique d’André Popp n’a pas pris une ride et la truculente Juliette nous le prouve à son tour. Rien ne va plus sur la planète Musique. Toutes les familles d’instruments sont fâchées, et le grand orchestre n’existe plus ! Tout a commencé avec la mystérieuse disparition des clés de Sol, Fa et Ut. Évidemment, c’est la cacophonie, chaque famille accusant l’autre de les avoir volées. Mais Piccolo, un bois, rencontre Saxo, un cuivre. Tous deux deviennent amis et décident de partir ensemble à la recherche des clés. Ils se lancent alors, avec leur complice Do, dans une grande aventure semée d’embûches et de dangers. La quête de l’harmonie n’est pas chose facile !

JONAS KAUFMANN Ténor
Théâtre des Champs-Élysées

Lundi 20 janvier 2020 à 20h
Catégorie 2 – 94 €

PKF-Prague Philharmonia
Jochen Rieder direction
L’immense Jonas Kaufmann se fait rare à Paris. L’occasion de ne pas manquer ce nouveau récital.

Programme communiqué ultérieurement
Sa dernière venue remonte à l’automne 2018 quand il avait offert, dans l’intimité du récital, un programme consacré aux Lieder de Strauss, Liszt, Mahler et Wolf. Le voici de nouveau annoncé, et gageons qu’il aura à cœur de retrouver le public de l’avenue Montaigne pour un nouveau rendez-vous qui s’annonce mystérieux. La mention « programme communiqué ultérieurement » peut donner lieu à tous les fantasmes et spéculations, mais le fait d’être accompagné par le Prague Philharmonia sous la direction de Jochen Rieder ne laisse-t-il pas présumer d’un programme au parfum viennois ? Un mystère que nous dévoilerons au plus vite.

PHILIPPE JAROUSSKY Contre-ténor
JÉRÔME DUCROS PIANO
Théâtre des Champs-Élysées
Vendredi 24 janvier 2020 à 20h
Catégorie 2 – 40 €

 

On le sait curieux du répertoire baroque comme des pages les plus contemporaines. Son nouveau défi est consacré aux Lieder de Schubert. Schubert est sans nul doute le maître du Lied, et pas seulement pour les quelque 599 numéros recensés que comptent son catalogue de Lieder, mais aussi par le fait qu’il y expérimente toute la richesse du chant lyrique. Il est le premier à offrir une telle importance à ce genre et, disons-le d’emblée, toute son œuvre est irriguée de cette idée de solitude si chère au romantisme allemand. Sans connaître précisément encore le choix opéré dans ce vaste catalogue par Philippe Jaroussky, comment ne pas penser aux grandes voix du passé qui ont immortlisé ce répertoire, du baryton Dietrich Fischer-Dieskau à la soprano Elisabeth Schwarzkopf ? À Philippe Jaroussky et Jérôme Ducros de relever aujourd’hui ce défi d’allier intelligence du texte et l’expressivité musicale et vocale.

Concert chanté en allemand, surtitré en français et en anglais.

 SPECTACLE FAMILLE 

LES PETITES NOCES
Théâtre des Champs-Élysées
Dimanche 9 février 2020 à 17h
Placement libre – 15 € + 18 ans
Placement libre – 8 € enfants – 18 ans

 D’après Les Noces de Figaro de Wolfgang Amadeus Mozart.
Opéra participatif jeune public.
Opéra chanté en français, surtitré en français.

Après Un Barbier et Une Carmen, ce sera au tour de Suzanne, de Figaro, de la Comtesse, du Comte et de Chérubin de nous inviter à chanter tous ensemble, petits et grands. Avec cette nouvelle production de ces Petites Noces, nous poursuivons notre cycle d’opéra participatif avec un nouveau monument de la littérature lyrique d’après Mozart Da Ponte. L’intrigue de cette adaptation jeune public destinée à les initier au monde de l’opéra met avant tout en scène le carré amoureux incarné par Figaro, Suzanne, le Comte et la Comtesse et le cortège de convoitises, désirs, séductions, trahisons et vengeances qui découlent de leurs relations. Cependant, le véritable moteur de l’action, celui qui vient perturber tous les plans par son impétuosité, sa nature imprévisible et sa jeunesse bouillonnante est Cherubin, incarnation de l’adolescent lancé à la conquête du désir et asphyxié par ses passions amoureuses naissantes. Fort logiquement, Cherubin servira de guide pour suivre et vivre péripéties de cette « folle journée ». Tantôt spectateur, tantôt acteur il invitera le public, plus ou moins de son âge, à pénétrer au cœur même de l’histoire pour mieux accompagner les différents personnages dans leurs péripéties.

Durée : 1h15
Iñaki Encina Oyón direction
Gilles Rico mise en scène
Henri Tresbel traduction et adaptation du livret
Bruno de Lavenère scénographie
Violaine Thel costumes
David Debrinay lumières
Tamara Bounazou Suzanne
Kamil Ben Hsaïn Lachiri Figaro
Gilen Goicoechea Le Comte Almaviva
Chloé Chaume La Comtesse Almaviva
Albane Carrère Chérubin
Pierre-Antoine Chaumien Basilio
Orchestre des Jeunes d’Ile-de-France.

ROBERTO ALAGNA Ténor
Théâtre des Champs-Élysées
Jeudi 6 février 2020 à 20h
Catégorie 3 – 54 €

Orchestre National d’Ile-de-France

Yvan Cassar direction
Roberto Alagna et Yvan Cassar ont concocté un programme surprise où devraient rivaliser plaisir et virtuosité.

Programme surprise

Nous l’avions quitté l’hiver dernier alors qu’il triomphait avec Aleksandra Kurzak dans des duos d’amour de Puccini. Curieux de tous les répertoires et interprète jubilatoire dès qu’il aborde les rives de l’opérette ou flirte avec la variété, il prend ici son temps pour concocter avec le compositeur, arrangeur et chef Yvan Cassar une soirée surprise comme ils les aiment tous deux (ils ont déjà travaillé ensemble pour un album « Sicilien »). Une invitation à un voyage hors des sentiers de l’opéra traditionnel où il brille depuis près de trente ans. Prenez le risque de cette nouvelle aventure surprise, la soirée devrait être à la hauteur du talent de ces deux artistes « hors norme ».

LA FEMME SANS OMBRE
Théâtre des Champs-Élysées

Lundi 17 février 2020 à 18h30
Catégorie 2 – 55 € 

Die Frau ohne Schatten

Richard Strauss
Page aussi fascinante que complexe, née de la fructueuse collaboration de Strauss et de son librettiste Hofmannsthal, cette Frau requiert une équipe artistique exceptionnelle, comme celle réunie ici.

DISTRIBUTION
Amber Wagner La Teinturière
Michaela Schuster La Nourrice
Elza van den Heever L’Impératrice
Stephen Gould L’Empereur
Michael Volle Barak
Katrien Baerts La voix du faucon
Bror Magnus Tødenes L’apparition d’un jeune homme
Andreas Conrad Le Bossu
Michael Wilmering Le Borgne
Thomas Oliemans Le Messager de Keikobad
Nathan Berg Le Manchot
Yannick Nézet-Séguin direction
Rotterdams Philharmonisch Orkest
Rotterdam Symphony Chorus
Maîtrise de Radio France direction Sofi Jeannin

Fort d’une collaboration qui a vu naître en tout juste quelques années les chefs-d’œuvre que sont Elektra, Le Chevalier à la rose et Ariane à Naxos, Strauss retrouve son librettiste fétiche, le poète Hofmannsthal, pour une nouvelle aventure lyrique sur les traces de La Flûte enchantée. L’héroïne ici est une femme immortelle dont l’absence d’ombre symbolise son impossibilité d’avoir des enfants. Seul l’abandon de son immortalité lui permettra de s’incarner pleinement en donnant la vie. Strauss imagine pour illustrer ce dilemme la forme d’un singspiel au sein duquel deux couples, l’un immortel l’autre mortel, se révèlent au travers d’un parcours initiatique jalonné d’épreuves. L’ouvrage mêle ainsi les registres du fantastique et du tragique pour mieux éclairer la portée d’un message hautement humaniste et fraternel. Composé aux heures les plus sombres de la Première Guerre Mondiale, La Femme sans ombre exprime, comme nul opéra avant lui, l’œuvre de la barbarie tout en imaginant pour l’humanité endeuillée, une issue positive. L’intelligence et la richesse du livret, servi par une écriture symphonique et vocale brillantissime, font de cette page l’un des ouvrages du duo Strauss-Hofmannsthal les plus mystérieux et captivants.

Opéra chanté en allemand, surtitré en français et en anglais

 SPECTACLE FAMILLE 

PINOCCHIO
Théâtre des Champs-Élysées
Dimanche 15 mars 2020 à 15h
Placement libre – 15 € + 18 ans
Placement libre – 11 € enfants – 18 ans

Un conte d’Edouard Signolet d’après l’œuvre originale de Carlo Collodi.
Laetitia Le Saux illustrations.
Laurent Petitgirard musique originale et arrangements.
Weill, Mozart, Vivaldi, Chopin, Ravel...

Les aventures de Pinocchio dans une version où musique, théâtre et illustrations graphiques concourent à créer un véritable univers poétique. Publié en 1881, Les Aventures de Pinocchio, de Carlo Collodi, rompait avec les contes nourris de princes et d’ogres. Un vulgaire morceau de bois sculpté en pantin, en s’animant, va permettre aux enfants de mesurer les vertus de l’obéissance et de l’instruction. Conté par Elliot Jenicot, sur un montage musical qui convoque Weill, Mozart, Vivaldi, Chopin, Ravel…, ce récit fidèle au roman original est mené musicalement tambour battant et superbement animé par les dessins de Laetitia Le Saux, artiste-graphiste spécialisée dans l’illustration pour la jeunesse.

Elliot Jenicot conteur
Kate Combault chant, comédie
Aline Bartissol piano
Arnaud Lehmann violon
Eric Fonteny violoncelle

PASSION SELON SAINT JEAN
Théâtre des Champs-Élysées

Lundi 23 mars 2020 à 20h
Catégorie 2 – 40 € 

Johannes-Passion
Jean-Sébastien Bach
L’aînée des Passions de Bach et déjà la parfaite maîtrise de l’équilibre entre airs solistes et parties chorales

Hana Blažíková soprano
Damien Guillon contre-ténor
James Gilchrist ténor (L’Evangéliste)
Zachary Wilder ténor
Christian Immler basse
Masaaki Suzuki direction
Bach Collegium Japan
Concert chanté en allemand, surtitré en français et en anglais

La mise en musique des derniers jours de la vie du Christ est une tradition qui remonte au début de la chrétienté. Les premières sources manuscrites remontent au IXe siècle. Le genre évolue peu jusqu’au XIVe siècle avec principalement l’introduction progressive de la différenciation des rôles (le narrateur, le Christ…). Ce sera au travers de la réforme luthérienne au début du XVIe siècle qu’il gagne ses lettres de noblesse, à la fois en imposant que le texte soit chanté, non plus en latin, mais en allemand afin d’être compréhensible par tous, et surtout, sous l’influence de l’opéra italien, en développant une forme polyphonique beaucoup plus riche faisant désormais alterner récitatifs, airs et grandes pages chorales. La Passion selon Saint Jean, composée en 1723-24 pour Leipzig fut la première œuvre de vaste dimension écrite pour cette ville où Bach s’était installé depuis peu et pour laquelle il écrira une bonne moitié de ses cantates ainsi que l’Oratorio de Noël. Aujourd’hui encore, cette page majestueuse, qui frappe par la beauté des airs confiés aux solistes et par l’intensité de ses parties chorales, est considérée comme l’un des sommets du corpus du compositeur.

BALLET DU THÉÂTRE STANISLAVSKY DE MOSCOU
TranscenDanses
Théâtre des Champs-Élysées
Jeudi 16 avril 2020 à 20h
Catégorie 2 – 46 €

Le Ballet du Théâtre Stanislavsky visite Paris avec son nouveau directeur artistique, le danseur étoile français Laurent Hilaire. La troupe du Ballet Stanislavsky de Moscou est une institution phare de la vie moscovite depuis longtemps. Le nom de Vladimir Bourmeister, l’une de ses figures emblématiques, qui fut pendant près de trente ans à la direction du ballet, est lui bien connu des parisiens car il signa au début des années 60 une version du Lac des cygnes qui restera LA référence à l’Opéra de Paris avant que celle de Rudolf Noureev ne lui succède. Il y a deux ans, la nomination du danseur étoile Laurent Hilaire apparaît comme un symbole fort puisqu’il devient ainsi le premier Français à diriger une compagnie russe depuis Marius Petipa. Immense interprète qui a fait toute sa carrière à l’Opéra de Paris où il fut nommé étoile à l’âge de 22 ans par Noureev, Laurent Hilaire a, en tout juste deux ans, accompli une véritable révolution artistique au sein de cette troupe de 120 danseurs, en inscrivant d’emblée au répertoire des pièces de Serge Lifar, William Forsythe, George Balanchine et Paul Taylor. Pour cette venue parisienne, il fera démonstration de la belle énergie de ses danseurs avec un programme composé d’une pièce « historique » de Bourmeister, une Pyjama Party du jeune russe Andrey Kaydanovskiy, chorégraphe très actif et imaginatif sur la scène moscovite, et une pièce du suédois Alexander Ekman dont l’ingéniosité scénique n’est plus à démontrer.

RUSSIAN TEMPS/DANSE
Variations sur un thème de Bizet
Vladimir Bourmeister chorégraphie
Georges Bizet musique (Variations chromatiques)
Pyjama Party Première française
Andrey Kaydanovskiy chorégraphie
Karoline Hogl décors et costumes
Alexander Sivaev lumières
Sergey Rylko vidéo designer
Dmitry Cheglakov sound designer et composition musicale
Tyll Première française
Alexander Ekman chorégraphie, décors et design vidéo
Mikael Karlsson musique
Bregje van Balen costumes

LE CHÂTEAU DE BARBE-BLEUE
A kékszakállú herceg vára
Théâtre des Champs-Élysées

Lundi 20 avril 2020 à 19h30
Catégorie 2 – 34 €

Béla Bartók
L’unique opéra de Bartók, gorgé des traditions musicales de sa Hongrie natale est une partition envouûtante servie ici par un duo au sommet.

Matthias Goerne Barbe-Bleue
Michelle DeYoung Judith
Gianandrea Noseda direction
Orchestre National de France
En première partie de programme
Dvořák Le Rouet d’or, poème symphonique
Opéra chanté en hongrois, surtitré en français et en anglais

Quasi contemporain du Pelléas de Debussy et de l’Ariane de Dukas, Le Château de Barbe Bleue est l’unique incursion de Bartók dans l’opéra, mais la forme choisie par le musicien hongrois est en complète rupture avec les ouvrages de ses prédécesseurs. L’action est condensée en un acte unique d’à peine une heure. Mais quelle partition ! Elle regorge d’une imagination sonore audacieuse et éblouissante portant au zénith cette métamorphose de la solitude et de la difficulté du rapport amoureux. Le conte de Charles Perrault devient ici un drame existentiel où l’être humain comme le sentiment sont mis à nu. Les voix ainsi ne sont jamais traitées en duo mais en monologue distinct, tout à tour s’affrontant ou s’effleurant. L’orchestre devient alors le troisième personnage car c’est à lui que revient le soin de créer l’écrin musical de cette joute amoureuse. L’œuvre connut des débuts difficiles, mais fut ardemment défendue par quelques grands chefs, dont Karl Böhm, et a depuis gagné sa place parmi les pages les plus puissantes du XXe siècle.

MISSA SOLEMNIS
Théâtre des Champs-Élysées
Mercredi 22 avril 2020 à 20h
Catégorie 2 – 34 €

Ludwig van Beethoven
Une saison avec Beethoven – #LvB250
Une œuvre monumentale, l’aboutissement de toute une vie musicale et un véritable « Everest » pour ses interprètes.

Distribution
Mari Eriksmoen soprano
Varduhi Abrahamyan mezzo-soprano
Pavol Breslik ténor
Christof Fischesser basse
Jérémie Rhorer direction
Le Cercle de l’Harmonie
Vokalakademie Berlin
Concert chanté en latin

Beethoven lui-même a déclaré à plusieurs reprises que la Missa Solemnis était sa « meilleure œuvre, son plus grand ouvrage ». Et de fait, il s’agit bien de l’une des plus fascinantes pages de l’histoire de la musique. De vastes proportions, d’une complexité inouïe et d’une exigence extrême pour les chœurs, les solistes vocaux et instrumentaux (la partie de violon solo du Benedictus s’apparente à un véritable concerto), cet ouvrage monumental a intimidé bon nombre d’interprètes (Furtwängler par exemple l’a étudié sans relâche tout au long de sa vie sans jamais la diriger !). Composée entre 1818 et 1823, elle fut créée partiellement le 7 mai 1824 lors du concert où le musicien fit entendre pour la première fois sa Neuvième symphonie. On peine à imaginer aujourd’hui la force qu’il faut pour mener un tel doublé dans une même soirée.

DEPARDIEU CHANTE BARBARA
Théâtre des Champs-Élysées
Vendredi 24 avril 2020 à 20h
Catégorie 2 – 54 €

L’hommage de Gérard Depardieu à la Dame en noir.
Avec Gérard Depardieu au chant et Gérard Daguerre au piano.
Un moment « hors du temps », hors des normes et pourtant si juste et émouvant.
L’acteur, ami intime de Barbara avec qui il interpréta la pièce musicale Lily Passion en 1986, et le pianiste-chef d’orchestre Gérard Daguerre, compagnon de route pendant 17 ans de la chanteuse, ont enregistré ensemble quatorze chansons créées par « la Dame en noir », comme autant de déclarations d’amour chantées par un Depardieu aussi bouleversé que bouleversant. Après le disque, il y eut la scène qui vit ce duo prendre corps. L’aventure se poursuit aujourd’hui avenue Montaigne.

PHILIPPE JAROUSSKY Contre ténor
Théâtre des Champs-Élysées
Vendredi 15 mai 2020 à 20h
Catégorie 2 – 55 €

 Ensemble Artaserse

Troisième rendez-vous cette saison avec Philippe Jaroussky pour un retour aux sources de la virtuosité baroque avec Haendel et Vivaldi.

Programme
Airs d’opéras de Vivaldi et Haendel

Le compagnonnage de Philippe Jaroussky avec l’œuvre de Haendel est ancien et il aime à y revenir régulièrement. Les corpus lyriques du Caro Sassone et de Vivaldisont pamri les plus importants pour l’époque baroque et offrent chacun quelques-uns des plus beaux airs écrits à l’origine pour les castrats, dont les contre-ténors modernes font aujourd’hui leur miel. Avec son timbre opalin et une voix souple et agile, Philippe Jaroussky est le contre-ténor le plus incontournable de sa génération. Sa parfaite maîtrise technique lui permet des nuances aussi audacieuses que périlleuses. Pour ce nouveau récital, il retrouve les instrumentistes de l’Ensemble Artaserse. Toujours à la recherche de splendeurs inédites, gageons que quelques perles rares trouveront place auprès de certains grands airs de ce répertoire.


NOTRE SELECTION A L’OPERA COMIQUE


ERCOLE AMANTE
Opéra Comique – Salle Favart
Lundi 4 novembre 2019 à 20h
Catégorie C – 75 €

Direction musicale, Raphaël Pichon
Mise en scène, Valérie Lesort et Christian Hecq
Avec Nahuel di Pierro, Anna Bonitatibus, Giuseppina Bridelli, Francesca Aspromonte, Krystian Adam, Eugénie Lefebvre, Giulia Semenzato, Luca Tittoto, Ray Chenez, Dominique Visse
Choeur et Orchestre, Ensemble Pygmalion
Hercule amoureux ou la force alliée à la séduction. Valérie Lesort et Christian Hecq s’emparent de l’œuvre créée pour Louis XIV, avec la fraîcheur et la fantaisie qui ont fait le succès de leur Domino noir en 2018.

Opéra en un prologue et cinq actes. Livret de Francesco Buti.

Créé à Paris (Tuileries) en 1662.
Hercule aime la jeune Iole mais il est l’époux de Déjanire. Iole est en outre aimée de leur fils Hyllus. De Vénus qui favorise l’amour, ou de Junon qui protège la fidélité, qui l’emportera ? Hercule amoureux ou la force alliée à la séduction. On ne pouvait choisir sujet plus flatteur pour célébrer les noces du jeune Louis XIV avec l’infante d’Espagne. C’est afin de propager l’image d’une monarchie irrésistible que Mazarin mobilisa pour ce spectacle les meilleurs artistes transalpins. L’opera était encore un art italien, et le prolifique Cavalli son meilleur représentant depuis la mort de Monteverdi. L’œuvre mêle le gotha à la mythologie, les émotions aux phénomènes naturels et cosmiques. Le résultat, à la fois ballet de cour, pièce à machines et opéra, est fastueux et baroque à souhait. Chanté en italien, Ercole amante ne fut guère compris alors, mais il devait inspirer le jeune maître de ballet, un certain Lully… Raphaël Pichon déploie la beauté de cette œuvre rarissime à la tête d’une distribution idéale. Valérie Lesort et Christian Hecq apportent à l’art baroque la fraîcheur et la fantaisie qui ont fait le succès de leur Domino noir en 2018.
Spectacle en italien, surtitré en français

FORTUNIO
Opéra Comique – Salle Favart
Jeudi 12 décembre 2019 à 20h
Catégorie C – 75 €

Direction musicale, Louis Langrée
Mise en scène, Denis Podalydès
Avec Cyrille Dubois, Anne-Catherine Gillet, Franck Leguérinel, Jean-Sébastien Bou, Philippe-Nicolas Martin, Thomas Dear, Aliénor Feix, Luc Bertin-Hugault
Choeur les éléments
Orchestre des Champs-Élysées

L’équipe artistique du Comte Ory revient enflammer le plateau de la salle Favart, avec son succès de 2009, une comédie lyrique drôle et élégante, pour clore l’année en beauté. Comédie lyrique en quatre actes. Livret de Gaston Arman de Caillavet et Robert de Flers d’après Le Chandelier d’Alfred de Musset.
Créé à l’Opéra Comique en 1907. La femme d’un vieux notaire cède aux avances d’un fringant militaire. Pour détourner l’attention du mari, ils manipulent un tout jeune clerc de l’étude, Fortunio. Or Fortunio aime la dame d’un amour éperdu. Qui sait ce qu’est l’amour ? Alfred de Musset n’a cessé de mettre en jeu toutes les façons de le vivre, d’en brûler ou de l’assouvir, raison pour laquelle il a inspiré tant de compositeurs. Son Chandelier avait déjà séduit Offenbach, comme son Fantasio, par son mélange d’humour et de sincérité. À la Belle Époque, Messager s’attacha à son tour à cette pièce, avec la liberté que lui donnait son renom de chef d’orchestre. La liberté de produire un art comique dont la légèreté, opposée à la lourdeur, s’accorde avec la profondeur. En 1907, la création de Fortunio à l’Opéra Comique rallia tous les suffrages, des amateurs d’opérette aux amoureux d’opéra. Et en 2009, cette comédie lyrique à fleur de peau a inspiré un magnifique spectacle, drôle et élégant, à Denis Podalydès et Louis Langrée. L’Opéra Comique est heureux de le reprogrammer pour clore en beauté l’année 2019, avec une palette d’extraordinaires interprètes pour qui chant et jeu procèdent d’une même passion.


MAIS AUSSI…


EDMOND
Théâtre du Palais-Royal

Mercredi 25 septembre 2019 à 21h
Catégorie 1 – 41 €

Après Le Porteur d’Histoire et Le Cercle des Illusionnistes, l’auteur – metteur en scène aux trois Molières, revient pour raconter la triomphale et mythique première de Cyrano de Bergerac. Edmond, avec ses douze comédiens sur scène, sera « un vrai théâtre de troupe » rappelant les grandes épopées théâtrales du XIXe siècle. L’HISTOIRE Décembre 1897, Paris. Edmond Rostand n’a pas encore trente ans mais déjà deux enfants et beaucoup d’angoisses. Il n’a rien écrit depuis deux ans. En désespoir de cause, il propose au grand Constant Coquelin une pièce nouvelle, une comédie héroïque, en vers, pour les fêtes. Seul souci : elle n’est pas encore écrite. Faisant fi des caprices des actrices, des exigences de ses producteurs corses, de la jalousie de sa femme, des histoires de cœur de son meilleur ami et du manque d’enthousiasme de l’ensemble de son entourage, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit. Pour l’instant, il n’a que le titre : Cyrano de Bergerac

Mise en scène de Alexis Michalik.

PLAIDOIRIES
Le Théâtre Libre-Le Comedia
Samedi 28 septembre 2019 à 20h30
Catégorie 2 – 35 €

De Matthieu Aron. Mise en scène d’Eric Théobald. Avec Richard Berry.

À l’issue de Plaidoiries : « Emporter la conviction et façonner la société : une parole judiciaire décisive ». En présence de Matthieu Aron (journaliste, auteur), Jean-Pierre Mignard et Henri Leclerc (avocats).

La société française en 5 plaidoiries
Un acteur, six plaidoiries, six moments de vérité !
À Bobigny, Gisèle Halimi défend l’avortement. Elle dénonce une loi obsolète qui empêche les femmes de disposer librement de leur corps. En 1976, c’est à la peine de mort que Paul Lombard s’attaque, en voulant éviter la peine capitale à Christian Ranucci. À Clichy-sous-Bois, Jean-Pierre Mignard défend les familles de Zyed Benna et Bouna Traoré, électrocutés dans un poste électrique pour avoir tenté d’échapper à un contrôle de police. En 2006, l’acte infanticide de Véronique Courjault lève le tabou du déni de grossesse. À Bordeaux, le procès de Maurice Papon revisite les heures sombres de l’histoire de France. En 2009, Philippe Lemaire défend l’épouse et les enfants du préfet Claude Erignac assassiné à Ajaccio le 6 février 1998. Les grandes affaires judiciaires ne sont jamais enregistrées. Les paroles s’effacent. Mais grâce au travail de reconstitution conduit par Mathieu Aron, les mots sont à nouveau prononcés. Incarnant les grandes figures du barreau, Richard Berry vous fait revivre ces grands procès qui révèlent des faits de société majeurs ayant marqué l’histoire judiciaire de ces quarante dernières années.

D’après Les grandes plaidoiries des ténors du barreau de Matthieu Aron.

 SPECTACLE FAMILLE 

FAME
Casino de Paris
Dimanche 29 septembre 2019 à 17h
Catégorie 2 – 20 €

Tiré du célèbre film d’Alan Parker et de la fameuse série télévisée, le musical Fame revient à Paris dans une nouvelle mise en scène. Ce spectacle mythique qui a déjà fait le tour du monde raconte l’apprentissage d’une troupe de jeunes artistes à la High School of Performing Arts de New-York où ils apprennent à chanter, danser et jouer la comédie. Réunis par une même passion pour leur art et une formidable envie de réussir, encadrés par des professeurs entièrement dévoués à leur discipline, ils comprendront au terme de quatre années d’études que cette école du spectacle est aussi l’école de la vie et que l’on n’atteint pas la célébrité en un claquement de doigts. Composée de dix-huit nouveaux talents aussi bien comédiens, chanteurs, danseurs qu’instrumentistes, cette troupe de nouveaux talents vous fera rire, vous touchera et vous enthousiasmera. Un spectacle qui transportera un public toutes générations, tant son message et sa musique sont porteurs d’espoir et de fraternité.

 SPECTACLE FAMILLE 

LES AVENTURES DE POLICHINELLE
Théâtre Essaion
Mercredi 2 octobre 2019 à 16h
Placement libre – 7 €

De Julien Guimon. Mise en scène de Julien Guimon.
Avec Aude Ollier, Pierre-Yves Vaillière, Julien Guimon.

« Connaissez-vous l’expression “un secret de Polichinelle” ? Non ? Alors découvrez son origine en suivant les aventures de ce personnage malicieux que devra déjouer les perfidies du majordome Bugolin et des brigands de la forêt. Un spectacle qui allie scène et théâtre d’ombre. »

À partir de 4 ans.
Durée : 55 minutes.

SEPT ANS DE RÉFLEXION
Théâtre des Bouffes Parisiens
Mercredi 9 octobre 2019 à 20h30
Catégorie 1 – 28 €

De George Axelrod. Mise en scène de Stéphane Hillel. Adaptation de Gérald Sibleyras. Avec Guillaume de Tonquedec, Alice Dufour.

Une soirée brûlante de juillet, sur un balcon de Manhattan. Un pot de fleurs en fonte pulvérise la chaise sur laquelle Richard Sherman était assis quelques secondes auparavant. La voisine.de l’étage au-dessus vient de faire accidentellement tomber son tomatier. Cet incident, qui aurait pu être fatal à Richard, est la plus belle chose qui pouvait lui arriver.

 SPECTACLE FAMILLE 

PINOCCHIO- FAMILLE
Théâtre de Paris
Samedi 12 octobre 2019 à 14h
Catégorie 1 – 19 €

Laissez-vous transporter par les aventures extraordinaires du mythique pantin dans un univers d’espiègleries et de rires. Naïf et menteur, mais aussi curieux et courageux, Pinocchio saura trouver sa place dans le monde à l’aide de ses amis le Grillon et la Fée bleue. Ce conte de fées, éternel et moderne, vous plongera dans la magie d’un véritable hymne à l’enfance. Émotion, poésie, acrobaties, magie, arts circassiens et chansons sont au rendez-vous de ce spectacle musical. Spectacle joué, chanté et dansé. 1h15 environ sans entracte

Enfants à partir de 3 ans

 SPECTACLE FAMILLE 

AURORE
La Belle au Bois ne s’endort pas
Théâtre Essaiön
Dimanche 13 octobre 2019 à 14h30

Placement libre – 7 €

De Gaëlle Hispard, Mathieu Gerhardt.

Mise en scène de Gaëlle Hispard. Avec Gaëlle Hispard, Véronika Ovchinnikova, Leilani Lemmet, Margaux Conduzorgues, François Bérard, aurélien houver, Mathieu Gerhardt, Pierre Gaspar.

La princesse Aurore se réveille seule dans son château endormi. Saura-t-elle déjouer le sort de Maléfice, trouver son prince et sauver le château ? Comme le veut le sort, Aurore se pique le doigt et s’endort. Mais le lendemain, elle se réveille dans le château endormi. Elle part chercher de l’aide dans la forêt enchantée… Rythmée de chansons entraînantes, Aurore nous embarque dans une aventure magique et émouvante, pleine d’humour et de poésie.

Enfants à partir de 4 ans
Durée : 55 minutes

LA DAME DE CHEZ MAXIM
Théâtre de la Porte Saint Martin
Mercredi 23 octobre 2019 à 20h
Catégorie 1 – 33 €


De Georges Feydeau. Mise en scène de Zabou Breitman. Avec

Valérian Béhar-Bonnet, Philippe Caulier, Ghislain Decléty, Léa Drucker, Solal Forte, Constance Guiouillier, Pierre-Antoine Lenfant, Micha Lescot, André Marcon, Christophe Paou, Eric Prat, Anne Rotger, Pier-Nicolo Sassetti, Damien Sobieraff.

Après Le système Ribadier à la Comédie Française, Zabou Breitman retrouve Feydeau et l’une de ses pièces les plus mythiques, La Dame de Chez Maxim. Le Docteur Petypon (Micha Lescot), médecin respectable, a fait la fête jusqu’au petit matin chez Maxim. Son meilleur ami le découvre endormi à midi sous un canapé renversé. De la chambre sort la Môme Crevette (Léa Drucker), une danseuse du Moulin-Rouge. Celle-ci est forcée de se faire passer pour sa femme. Elle se pique au jeu et provoque une cascade de quiproquos, d’imbroglios et de coups de théâtre à un rythme effréné.

LE CERCLE DES ILLUSIONNISTES
Théâtre de l’Oeuvre
Samedi 9 novembre 2019 à 19h
Catégorie 1 – 26 €

De Alexis Michalik. Mise en scène de Alexis Michalik.

En 1984, alors que se déroule le championnat d’Europe des Nations, Décembre vole un sac dans le métro. Dans le sac, il trouve la photo d’Avril jolie. Il la rappelle, ils se rencontrent dans un café. Il va lui raconter l’histoire de Jean-Eugène Robert-Houdin, horloger, inventeur, magicien du XIXème siècle. Cette histoire les mènera tous deux sous le coffre de la BNP du boulevard des Italiens, dans le théâtre disparu de Robert-Houdin, devant la roulotte d’un escamoteur, derrière les circuits du Turc mécanique, aux prémices du kinétographe, et à travers le cercle des illusionnistes.

LA BAJON – Vous couperez
Casino de Paris
Lundi 25 novembre 2019 à 20h
Catégorie 1 – 23 €

Après avoir joué à guichet fermé au Théâtre Le Grand Point Virgule, La Bajon investit le Casino de Paris ! La Bajon est intégralement remboursée par la Sécurité sociale

1. Tous les grands de ce monde consultent La Bajon avant d’agir pour le bien de l’Humanité
2. La Bajon est inscrite au patrimoine de l’Unesco
3. La Bajon ne mourra jamais, Dieu ne le permettra pas

La Bajon estime que ce petit préambule devrait vous suffire pour venir l’applaudir.

ELEPHANT MAN
Folies Bergère
Jeudi 5 décembre 2019 à 20h
Catégorie 2 – 32 €

Joey Starr incarne aux côtés de Béatrice Dalle, Elephant Man. La pièce mythique de Bernard Pomerance, adaptée et magistralement mise en scène par David Bobée. Une fable cruelle dont la morale pourrait se résumer ainsi : le monstre n’est jamais celui que l’on croit. La gueule cassée et sublime de Joey Starr deviendra, le temps d’une soirée, le visage de notre rapport à la différence. Une véritable leçon de tolérance.

Avec Joey Starr et B’Joseph Merrick, alias Elephant man, naquit à Leicester en Angleterre en 1862. Avant l’âge de deux ans, son corps commença de se déformer. Ses difformités croissantes le firent chasser de partout et ne lui permirent pas de garder un emploi. Admis un temps dans un hospice, il le quitta pour devenir phénomène de foire sous le nom de l’Homme-éléphant. C’est dans ces circonstances qu’il fut découvert par le chirurgien Frederick Treves, qui étudia son cas et organisa sa prise en charge à l’hôpital de Londres grâce à une levée de fond caritative. Il finit ses jours à 27 ans, de mort apparemment accidentelle. Treves rédigera les souvenirs de sa relation avec Merrick. En 1977, l’auteur dramatique Bernard Pomerance s’inspire de ce carnet pour composer la pièce Elephant man, dont David Bowie interprétera le rôle-titre. En 1980, c’est le film de David Lynch qui fait entrer Elephant Man dans la culture populaire. « Je ne suis pas un animal, je suis un être humain » : la réplique culte est aujourd’hui citée par nombre de gens qui n’ont même jamais vu le film… Histoire vraie ayant accédé au rang de mythe, le cas de Merrick a de quoi fasciner. C’est un conte cruel, qui a connu bien des avatars et dont la morale pourrait se résumer ainsi : le monstre n’est jamais celui que l’on croit. La plus spectaculaire difformité physique peut cacher un trésor d’humanité quand la conformité apparente

 SPECTACLE FAMILLE 

HENRI DÈS EN SOLO
La Grande Comédie
Dimanche 8 décembre 2019 à 14h
Catégorie 1 – 24 €

Partagez un moment d’intimité exceptionnel avec Henri Dès et ses chansons. De petits bijoux dans un écrin, enveloppés juste du son de sa guitare. Plusieurs générations côte à côte, cœur à cœur, qui chantent à l’unisson ! Un spectacle qui va à l’essentiel, les yeux dans les yeux.

AHMED SYLLA
Salle Pleyel
Vendredi 20 décembre 2019 à 20h
Catégorie 2 – 44 €

Dans son nouveau spectacle, Ahmed Sylla examine le thème des différences, s’attachant à mettre en évidence les raisons pour lesquelles elles nous rassemblent.

BÉJART BALLET LAUSANNE – Béjart fête Maurice
Palais des Congrès
27 février 2020 à 20h30
Catégorie 1 – 65 €

Gil Roman dévoile sa dernière création t ’M et variations…, un ballet où les pas sont autant de mots adressés à Maurice. Page après page, sous la forme d’un journal, relation à l’intime, le chorégraphe propose une suite de variations sur le thème de l’amour et de la nécessité intérieure de la danse. Une chorégraphie radicalement fascinante, chronique d’un jour de fête. De l’inédit toujours, la Compagnie rend hommage au maître à travers un ballet composé d’extraits de ses chorégraphies. Série de pas de deux entrelacés et d’extraits de ballets plus amples, Béjart fête Maurice (version avec Boléro) se veut une rhapsodie légère, une célébration, une cérémonie. Réunis par Gil Roman exactement comme on compose un récital, un spectacle festif, une rencontre légère, ces fragments de ballets célèbrent le sens de la fête de Béjart et l’humanité des interprètes. Ni anthologie, ni manifeste, un spectacle pour le pur plaisir de la danse.